Le Travail du Cuir, une passion…

Quand je déroule une peau tannée pour la première fois, je découvre la vie de l’animal…
Sa taille et son « dessin » me définissent sa race. Une petite queue de lézard, une peau perlée presque ronde d’autruche, un buffle veiné, une chèvre serrée, une vachette, sont autant de « grains » différents.

En la caressant encore entière, j’y vois les accidents de sa vie, ses égratignures, ses piqûres. J’utilise principalement de la peau de vache, dont le stock est réapprovisionné par notre consommation alimentaire. L’épaisseur est variable de 1,2 à 1,8 mm ; elle peut aller jusqu’ à 5 mm, pour les « collets » de vachettes tannées végétalement.

C’est de cette première lecture que je taille les plus beaux morceaux dans le sens de la veine, m’imaginant les sacs finis, les décors.

 

 

… à Votre Mesure

Ha ! Cette matière vivante qu’est le cuir- animal au service de l’homme, résultat imputrescible de longues et millénaires opérations de tannage-qui demande dextérité et précision, respect et humilité.
Des années de pratique à dompter et à lire dans une peau afin d’optimiser son utilisation ?Depuis ma formation, mes « petites mains » se sont essayées dans de multiples unités de production, à quoi et à qui servent toutes ces choses que l’on usine impersonnellement ?
N‘y aurait-il pas moyen de se rapprocher du client ; d‘instaurer une confiance entre les deux parties, de créer une émulation.
C’est aussi un long parcours que d’affiner du sur-mesure.
Créer une « œuvre » pour une unique et seule personne est très jubilatoire ; on pense à elle, ses traits, ses besoins. On précise les détails, on donne une âme à l’objet utile.

En plusieurs décennies, j’ai eu le temps d’explorer tant la sellerie automobile que la lingerie, et je suis toujours à l’écoute de nouveaux défis